On imagine difficilement tout ce qu’un marin doit savoir avant d’embarquer.  Attention, nous ne parlons pas ici du marin d’eau douce qui prépare une partie de pêche sur un plan d’eau, mais de ces navigateurs qui prennent le départ de courses au large en équipage ou en solitaire.

 

  • Il faut savoir naviguer…
  • Il faut connaître son bateau dans les moindres détails
  • Il faut l’avoir préparé avant le départ et savoir le réparer en mer le cas échéant
  • Il faut savoir interpréter le ciel et ses caprices et surtout, savoir lire une carte météo
  • Il faut connaître les mers traversées, les courants qui les traversent, les récifs, les dangers
  • Il faut être fin stratège pour choisir la meilleure route selon les conditions annoncées
  • Il faut savoir réparer un cordage, remplacer une pièce défaillante, être bricoleur et malin
  • Il faut être hardi et prudent à la fois
  • Il faut savoir recoudre une plaie, faire un bandage et un diagnostic éclaire…
  • Il faut être physiquement bien préparé
  • Il faut un mental d’acier pour ne pas plier
  • Il faut savoir gérer ses heures de sommeil
  • Il faut aimer la solitude
  • Il faut aller vendre son projet et trouver des partenaires investisseurs
  • Il faut savoir faire la promotion de son projet
  • Il faut être totalement polyvalent et autonome dans tous les domaines…

 

Existe-t-il une autre discipline aussi exigeante ? C’est une vraie question…

 

Des stages de perfectionnement proposés par Lorient Grand Large 

Gérald Quéouron a profité des mois d’hiver pour participer à des stages organisés par Lorient Grand Large ; l’occasion de revoir les indispensables notions qu’un navigant doit connaître.

 

Au programme  donc de ces dernières semaines :

  • Un stage de matelotage animé par Éric Cochet d’ Iroise Gréement. Ce sujet fera l’objet d’un prochain article, mais en 2 mots, il s’agissait de revoir les bases du matelotage : réparer un bout, refaire un œil à la fin d’une drisse ou encore réaliser, des montages simple, mais résistants ! une épissure, etc.

 

  • Un stage météo animé par Pierre Brasseur, vainqueur de la dernière Jacques Vabre. Comment se créé une perturbation, qu’est qu’une dorsale, comment lire une carte isobarique, et interpréter les infos météo en général… L’idée est de revoir la météorologie dans sa globalité. Promis, pour les non-professionnels qui veulent comprendre ce qu’ils lisent, nous préparons un petit lexique !

 

  • Un stage électricité et électronique à bord animé par Henri Lejeune de la Société NKE. Le challenge étant d’arriver à conserver et à optimiser l’électricité à bord

 

  • Un stage sur la stratégie de recherche de sponsors animé par Pierre-Yves Lautrou qui, entre autres casquettes, est navigateur en Class’40. Et oui, c’est la partie la moins sportive mais elle est incontournable. Un bateau et une course, ça coûtent. Le navigateur doit être aussi un bon commercial… À moins de faire partie d’une grosse écurie et de confier cet aspect du dossier à des professionnels…

  • Un stage juridique animé par Jean-Pierre Roux, avocat, sur les contrats de sponsoring notamment. Un domaine qui est parfois négligé, mais indispensable si on veut bâtir son projet sur de bonnes bases.

Et l’hiver n’est pas terminé !

Partagez cette actualitéShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInShare on TumblrShare on RedditEmail this to someone

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas rendu public. Les champs avec * sont obligatoires.


*